Événements

Congrès 2016


Résumés des communications

Déjeuner VIP
8 h 00 à 9 h 45

À l’école de la persévérance:
susciter l’audace, cultiver la détermination

Égide ROYER
Cofondateur du CQJDC et consultant en éducation Université Laval

Pour certains, les élèves ayant des troubles du comportement nuisent aux apprentissages des autres élèves. Qu’en est-il de leur propre réussite scolaire ? Leur réalité est pourtant très troublante: on estime que près de 80 % de ces jeunes échouent à l’école, quand ils n’en sont pas tout simplement expulsés. La formation, entre autres des enseignants, pose problème : on confond souvent problèmes de discipline et troubles de comportement; interventions spécialisées et gestion de classe. Égide Royer vous offrira, à ce petit déjeuner, une assiette santé de pratiques exemplaires pour vous permettre de faire une différence encore plus importante dans la réussite des jeunes qui vivent des difficultés de comportement. Vous êtes les bienvenus à sa table.

Conférence d’ouverture
10 h 00 à 12 h 00

Une approche qui fait toute une différence !

Angela AUCOIN Ph.D. Professeure, Faculté des sciences de l’éducation, Université de Moncton, Moncton, Nouveau-Brunswick, membre du Canadian Research Centre on Inclusive Education et du Laboratoire international sur l’inclusion scolaire (LISIS)

Une enseignante en début de carrière fait face à de nombreux défis lorsqu’elle apprend que plusieurs de ses élèves ont des difficultés d’ordre comportemental qui causent un retard général des apprentissages chez l’ensemble de ses élèves. Elle soupçonne des blessures émotionnelles profondes chez certains de ceux et celles qui ont des problèmes de comportement et refuse de les soumettre à des sanctions punitives. En empruntant des stratégies du courant humaniste en éducation, elle réussit à créer un climat de classe positif où il fait bon apprendre. Son approche, centrée sur l’élève, lui permet de réaliser qu’une parole ou un seul geste peut faire toute une différence dans la vie de ses élèves. Elle amorce sa carrière en sachant qu’en effet, on fait une différence !


Atelier L1-1
13 h 30 à 15 h 00

L’intimidation : mieux comprendre pour mieux intervenir avec une approche développementale

Eva DE GOSZTONYI

Psychologue, Centre of Excellence for Behaviour Management – SRSE – TC – secteur Anglophone

Comprendre comment se construit la personnalité d’un intimidateur permet ensuite de la déconstruire, de façon efficace et durable. La plupart des approches assument que l’intimidation est un comportement appris ou résulte de l’incapacité d’acquérir des compétences sociales. En se basant sur le paradigme du Dr Gordon Neufeld, nous examinerons le syndrome de l’intimidation pour découvrir que ses racines profondes et instinctives se trouvent dans la dynamique de l’attachement et de la vulnérabilité. Cette présentation est éminemment pratique et trouvera des applications dans nombre de situations.

Résumé PDF



Atelier L1-2
3 h 30 à 15 h 00

Les particularités sensorielles et leurs impacts sur le comportement

Dominique LABRECQUE

Personne-ressource régionale en déficiences motrices et organiques, Service régional de soutien et d’expertise en DMO, Commission scolaire des Navigateurs

Sophie débute ses journées assez calmement, mais termine souvent très excitée, en conflit avec ses pairs ou désorganisée. Les journées avec éducation physique ou musique, c’est pire. Antoine pousse, bouscule dans les rangs et sur la cour d’école, malgré les nombreuses interventions faites auprès de lui. Émile est inattentif, mais l’évaluation ne démontre pas la présence d’un déficit de l’attention. Ces enfants ont en commun un déficit d’intégration sensorielle (Ayres, 1989; Dunn, 1997). Ces difficultés toucheraient de 40 à 85% des élèves ayant un diagnostic établi et jusqu’à 90% (Baranek et al., 2006) des élèves ayant un TSA. Qu’est-ce que l’intégration sensorielle? Qu’est-ce que la modulation sensorielle? Répondre à ces questions permet de mieux comprendre certains comportements d’élèves souvent interprétés comme des troubles de la conduite et d’intervenir d’une façon différente qui s’avérera plus efficace. Un survol des particularités sensorielles possibles et d’interventions réalistes en classe sera présenté.


Aterlier L1-3
13 h 30 à 15 h 00

Démarche d’intervention visant à rétablir un bon climat de classe dans les groupes dits «fermés»

Marco OUELLET Enseignant ressource en problèmes de comportement/troubles de comportement, École secondaire du Triolet, Commission scolaire de la région de Sherbrooke et chargé de cours, Université de Sherbrooke

Manon RONDEAU
Enseignante ressource en problème de comportement / trouble de comportement, école secondaire du Triolet, Commission scolaire de la région de Sherbrooke

Dans notre école secondaire publique, les groupes sont majoritairement fermés pour répondre aux objectifs des différents programmes. Cette organisation favorise l’émergence de comportements et d’attitudes qui nuisent à la dynamique du groupe et des individus, au climat général et ultimement à la réussite scolaire de certains élèves. Plusieurs enseignants soulignent le défi de plus en plus grand d’établir et surtout de maintenir un climat favorable et propice aux apprentissages dans ces groupes. Dans le but de soutenir et d’aider les enseignants, j’ai développé un modèle d’accompagnement inspiré du document produit par les services régionaux de soutien à l’expertise des régions de la Mauricie et du centre du Québec « Intervenir auprès des groupes difficiles : guide d’accompagnement des enseignants du secondaire » qui implique les élèves, les parents, les enseignants, les intervenants et la direction. Parce qu’elle s’inspire des travaux qui se sont intéressés à la dynamique des groupes et aux différents types de leadership, le modèle expérimenté permet d’appliquer des stratégies préventives afin de favoriser le développement et le maintien d’un climat respectueux et propice aux apprentissages pour les élèves de ces groupes, en toile de fond, la collaboration soutenue entre les enseignants, les intervenants et la direction.

Résumé PDF



Atelier L1-4
1:30PM to 3PM

Zootherapy

Danielle BÉLISLE
Psychoeducator, Eastern Township School Board
Jeri BURGESS
Zootherapist

The Zootherapy experience described in this workshop was the initiative of a psychoeducator working in a Québec school board in collaboration with a fully qualified dog trainer. Sessions were conducted with chosen and trained dogs, and were aimed at creating the conditions favourable to increasing the student participants’ cognitive, psychological, physical and social development. Sessions were both individual and group. This workshop will describe the challenges encountered and provide strategies for positive outcomes.


Atelier L1-6
13h30 à 15h00

Planification psychoéducative d’une activité : une structure en 13 composantes

Frédérick MARTIN
Agent de développement, Boscoville 2000
Simina STAN
Agent de développement, Boscoville 2000

En 2014, les centres jeunesse associés à Boscoville 2000 ont nommé le besoin d’approfondir les notions du modèle psychoéducatif liées à l’opération professionnelle de la planification et de se doter d’un langage commun quant à la définition des composantes de la structure d’ensemble. Dans une vision de partage, nous avons développé un guide de planification en se basant sur les riches expériences de nos partenaires comme source de savoirs et de savoirfaire. Le guide de planification psychoéducative d’une activité vise à soutenir les démarches de planification d’activités s’adressant à une clientèle en difficulté d’adaptation. La planification est une opération primordiale, car elle permet d’ajuster les objectifs et les moyens au potentiel adaptatif des sujets et d’augmenter le sentiment de compétence des intervenants face à l’animation des activités planifiées. Ce guide élabore chacune des composantes sous forme de : « définition », « à quoi sert la composante » et « pistes de réflexion ».

Résumé PDF

Atelier L1-7
13h30 à 15h00

La responsabilisation dans un contexte de réussite scolaire : Je fais la différence, je travaille en prévention!

Edith MOREAU
Enseignante ressource,enseignante en adaptation scolaire, orthopédagogue et éducatrice spécialisée,Commission scolaire de la Capitale
Lucile BOUCHARD
Travailleuse autonome et travailleuse sociale, Parents-Avertis, CLSC

Afin de favoriser la réussite d’un plus grand nombre de jeunes qui fréquentent nos écoles et nos organismes, les intervenants perfectionneront leur approche en utilisant les outils de l’échelle de responsabilisation. Issue de l’approche orientée vers les solutions (AOS), la méthode Je suis capable, les techniques d’intervention élaborées par monsieur Ben Furman, psychiatre finlandais, sont utilisées afin de responsabiliser les jeunes dans leurs actions au quotidien. Les jeunes développent une compréhension de leurs émotions, de leurs réactions dans différents contextes. Enfin, un outil efficace, simple à utiliser et surtout, qui engendre des changements rapides. Dans cette conférence, la présenta­ tion détaillée des étapes de l’échelle de responsabilisation seront présentées et des exemples concrets feront l’objet d’une étude de différents cas. Madame Lucile Bouchard, fondatrice de Parents­Avertis, sera présente afin de répondre à des questions plus pointues quant à cette approche dont elle détient les droits d’auteurs.


Atelier L2-1
15h30 à 17h00

La méthode d’intérêt en commun

Jean-François OUELLET
Psychoéducateur, Commission scolaire de Montréal

Lors de cette présentation, les différents intervenants auront l’opportunité de se familiariser avec une méthode d’intervention pour des situations d’intimidations. La méthode vise à redonner du pouvoir aux individus impliqués dans la situation d’intimidation. Les différents acteurs sont guidés et amenés à jouer un rôle important dans la recherche de solution. Les objectifs ultimes sont d’amener la victime à prendre position en s’affirmant et permettre à l’intimidateur de développer une préoccupation pour la victime. Les participants à cette présentation pourront repartir avec une bonne compréhension des enjeux de cette méthode d’intervention. De plus, les intervenants qui voudront appliquer cette méthode d’intervention dans leur milieu pourront tenter l’expérience. Peut-être développeront-ils, comme moi, un intérêt marqué pour cette méthode d’intervention.

Résumé PDF

Atelier L2-2
15h30 à 17h00

La lecture interactive : un outil pour développer la théorie de l’esprit chez une enfant autiste

Marie-Pierre BARON
Professeure, Université du Québec à Chicoutimi
Hélène MAKDISSI
Professeure, Université Laval

La théorie de l’esprit (TOM) permet d’attribuer des états internes à soi-même et à autrui. Les difficultés vécues par l’enfant autiste dans le développement de la TOM (Baron-Cohen, 1989) engendrent des difficultés d’ordre social et comportemental. En situation de lecture interactive, intervenir sur la TOM permet d’interpréter les états internes des personnages et de mieux les comprendre. La recherche a pour objectif de démontrer l’impact d’une intervention quotidienne en lecture interactive, déployée pendant dix mois, sur le développement de la théorie de l’esprit chez une enfant autiste de onze ans. Trois lectures interactives ont été sélectionnées. Les récits, les questionnements de l’adulte et les interactions de l’enfant en cours de lecture ont été analysés selon les critères d’attribution d’états internes de Veneziano (2010). Les résultats indiquent une évolution en ce qui a trait à l’identification des états internes qui semble avoir été soutenue par des interventions en lecture interactive.


Atelier L2-4
3:30PM to 5PM

Thriving in Schools : Diverse Activities for Diverse Learners

Nathalie CONSTANT and Chantal LEGAULT
Behaviour Consultants, Lester B.Pearson School Board
Diego BONATO and Pamela SMITH
Family and School Support and Treatment Team Technicians, Lester B. Pearson School Board

Community schools within the Lester B. Pearson School Board territory have close to 20% of their population who have been identified with socio-emotional difficulties. In order to address the needs of this diverse student population, school personnel are striving to create opportunities for positive student engagement. Through relationship building activities, the Family and School Support and Treatment Team (FSSTT) strives to create positive school experiences for children while developing their individual learning potential. A school based systems approach permits us to support these students to build their own personal tool box while recognizing their unique skills, talents, and strengths. These activities provide the conditions for students to overcome their challenges and broaden their opportunities for success. During this workshop members of the FSSTT will share activities taking place regularly within our schools.

Atelier L2-5
15h30 à 17h00

La cyberintimidation : un phénomène complexe

Roxanne BRETON-MONMART
Doctorante en psychologie, Groupe de recherche sur l’insertion sociale et l’apprentissage des personnes en situation de handicap, Université du Québec à Montréal et technicienne en éducation spécialisée, Commission scolaire de Laval
René LAVIGNE
Doctorant en psychologie, Équipe de recherche Sexualités et genres : vulnérabilité, résilience, Université du Québec à Montréal

L’intimidation est depuis longtemps considérée comme un problème dans les écoles. Depuis l’adoption, en 2012, du projet de loi 56, des plans d’action sont mis en place dans les établissements scolaires afin de contrer cette problématique. Or, depuis quelques années, ce phénomène se propage également par le biais de moyens de communication électronique. Le nombre de cas de cyberintimidation augmente et de nombreuses conséquences sont observables chez les victimes, les agresseurs et les témoins d’actes de cyberintimidation. Cette présentation vise à favoriser la compréhension du phénomène dans toute sa complexité ainsi que des impacts que celle-ci peut avoir sur les enfants et les adolescents, dont des difficultés sur le plan comportemental et émotionnel. De plus, elle vise à présenter les différentes formes de cyberintimidation et à proposer une conception schématique du phénomène ainsi que des pistes d’interventions et de recherche pour les intervenants œuvrant auprès d’enfants et d’adolescents.


Atelier L2-6
15h30 à 17h00

Difficultés d’apprentissage et difficultés de comportement : double problématique et double défi !

Guy AUBLET
Conseiller pédagogique en adaptation scolaire, Commission scolaire Marie Victorin
Sylvie MOISAN
Professeure en psychoéducation, Université Laval

Plusieurs jeunes qui ont des difficultés de comportement persistantes ont également des difficultés d’apprentissage. L’inverse est également vrai (Kauffman et Landrum, 2009). Les pistes pour expliquer ce lien sont nombreuses : les difficultés de comportement découlent-elles des difficultés d’apprentissage, est-ce l’inverse ou les deux types de difficultés ont une cause commune. S’attarder aux liens possibles entre ces deux problématiques est important, car il est clair que la présence de difficultés de comportement est un défi pour la réussite des interventions visant les apprentissages. En général, la relation maître-élève est plus négative lorsqu’elle met en jeu des jeunes en difficulté scolaire et sociale (Potvin et Paradis, 2000). Quoi faire pour demeurer compréhensif, pour croire en leurs capacités et pour persévérer malgré les difficultés? Dans le cadre de cette conférence coanimée par le Comité québécois pour les jeunes en difficultés de comportement (CQJDC) et l’Institut des Troubles d’Apprentissage (Institut TA), le point sur l’état des connaissances sur le sujet sera fait et des pistes seront proposées afin de favoriser les actions auprès des jeunes qui présentent cette double difficulté.

Atelier L2-7
15h30 à 17h00

La gestion et la maitrise de l’anxiété dans un contexte scolaire

Caroline BÉLAND
Psychologue, Centre psychopédagogique de Québec
Charles ST-MAURICE
Enseignant en adaptation scolaire, Centre psychopédagogique de Québec
Pénélope ALLEN
Psychoéducatrice, Centre psychopédagogique de Québec

Les troubles anxieux sont les problèmes psychiatriques les plus répandus dans la population en général. Environ dix pour cent des enfants et des adolescents seraient atteints par ce type de pathologie. Si certaines peurs disparaissent avec le temps, les troubles anxieux se résorbent rarement d’eux-mêmes, d’où l’importance d’intervenir de façon précoce. L’anxiété chez les enfants et les adolescents soulève toutefois un problème de taille, car elle est souvent très difficile à détecter pour les parents. Comme intervenants et enseignants qui côtoient ces enfants tous les jours, nous avons certes un rôle à jouer! L’objectif de cet atelier est de mieux comprendre ce qu’est une réaction anxieuse «normale» et quand cela devient anormal. Quelles sont les manifestations de l’anxiété chez les enfants et adolescents? Et comment, dans une perspective RAI, je peux comme enseignant ou éducateur mettre en place des mesures universelles pour aider ces élèves. Des interventions ciblées seront également proposées afin d’aider ces mêmes élèves à maitriser leur anxiété selon l’approche de la thérapie cognitive et comportementale. Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’importance de référer à des ressources professionnelles lorsque l’anxiété dev ent trop envahissante dans la vie d’un enfant ou d’un adolescent.


(Violence)

Atelier MA1-1
8h30 à 10h00

L’enquête nationale sur la violence à l’école 2013-2015

Claire BEAUMONT
Professeure titulaire, Université Laval
Danielle LECLERC
Professeure titulaire, Université du Québec à Trois-Rivières
Éric FRENETTE
Professeur titulaire, Université Laval, Chaire de recherche sur la sécurité et la violence en milieu éducatif

Cette communication présente les faits saillants de l’enquête Portrait de la violence dans les écoles québécoises 2013-2015 effectuée auprès d’élèves du primaire et du secondaire, de membres du personnel scolaire, de directions d’établissement et de parents qui ont pu exprimer leur perception sur la question en 2013 et en 2015. Cette étude a cherché à vérifier si des changements étaient survenus concernant différents aspects liés à la violence à l’école (ex. : climat, pratiques éducatives, besoins en formation) entre les deux temps de mesure. Ce sera l’occasion de discuter des retombées de ces résultats sur l’amélioration de la vie scolaire des élèves en comptant sur la collaboration des parents, des directions et du personnel scolaire. Les échanges entre participants et chercheurs offriront l’opportunité de partager leurs différentes perceptions sur le sujet dans un but d’enrichissement réciproque des milieux de la recherche et de la pratique.

(Specialized Milieus)

Workshop MA1-2
8:30AM to 10AM

The Oasis! So you think all you will be getting is tea and muffins?

Bernard MESSIER
Psychoeducator, Eastern Township School Board
David SCOTT
Vice-Principal, Eastern Township School Board
Jason BAUERLE
Special Education Technician, Eastern Township School Board

The Oasis Center (organization / acceptance / safe haven/inclusive / support) had its beginnings at the Eastern Townships School Board about 6 years ago, at Massey-Vanier High School. Before developing the Oasis, students with adaptive difficulties were confined to a “Time Out” room, based on a classic behavioral paradigm (consequences, contracts and social skills training). Students with emotional difficulties other than disruptive behaviors were not included in this service. The school team was dissatisfied with the outcomes for the students. The approach did not foster positive relationships between the students and the adults at the school. A small group of committed adults proposed to develop a center inspired by Gordon Neufeld’s attachment-based developmental paradigm that would focus on providing a safety net at school for those students lacking the maturity to cope with the demands of a large secondary school.
Résumé PDF


(Santé mentale)

Atelier MA1-3
8h30 à 10h00

Quand le sport devient synonyme de troubles du comportement alimentaire : un point sur les étudiants sportifs québécois

Maud BONANSEA
Doctorante, Département des sciences de l’Éducation, Université du Québec à Trois-Rivières

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) concernent 3 à 55% de la population adolescente et s’accompagnent de multiples complications biopsychosociales. Ils constituent une problématique majeure pour le milieu éducatif, car bien que les TCA semblent connus, leur origine, leurs caractéristiques psychologiques et comportementales ainsi que les complications qu’ils induisent sont souvent mal compris par les membres du personnel éducatif. Chez l’étudiant, les TCA peuvent alors représenter un frein à l’apprentissage, au développement personnel, et en contexte sportif, un frein à la performance. C’est pourquoi une connaissance des caractéristiques psychologiques et comportementales des TCA chez les étudiants, par les membres du personnel, semble nécessaire pour agir efficacement en contexte éducatif. Cette communication vise à présenter les résultats préliminaires d’un projet de thèse, plus précisément à dresser le portrait épidémiologique des TCA dans un contexte collégial sportif québécois, pour mieux intervenir par la suite auprès de ces étudiants.

(Petite enfance)

Atelier MA1-4
8 h 30 à 10 h 00

Programme préscolaire Nos enfants et le stress

Francine TELLIER
Coordonnatrice du projet Petite enfance, Grande importance, Association Québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), pour la Fondation de Psychologie du Canada

Le programme Nos enfants et le stress pour les enfants âgés entre 2 ½ ans et 5 ans a été développé pour et par des éducateurs de la petite enfance. Il a pour but d’aider les éducateurs à comprendre le stress des enfants et à promouvoir des stratégies de gestion de stress auprès des enfants d’âge préscolaire. Ce programme a été rigoureusement évalué.


(Accompagnement)

Atelier MA1-5
8h30 à 10h00

L’accompagnement des enseignants en formation professionnelle ou comment faire une différence auprès des élèves ayant des difficultés de comportement

Geneviève CARRIER
Conseillère en stratégies d’enseignement, Commission scolaire de la Capitale

L’enseignement en formation professionnelle subit des changements importants depuis les dernières années notamment au regard de l’inclusion des élèves présentant des besoins particuliers. Les manifestations de comportements inappropriés dans le développement de compétences en vue d’exercer un métier amènent les enseignants à revoir leur manière d’enseigner et de gérer leur classe. L’accompagnement de ceux qui oeuvrent auprès d’une clientèle émergente s’avère une réponse proactive à leurs besoins dans une optique de développement professionnel continu. Cette présentation vise à partager les expériences vécues et les effets perçus d’un projet d’implantation d’un service d’accompagnement exclusif aux enseignants mené au sein de sept centres de formation professionnelle de la région de Québec. Des pistes de réflexion et d’actions seront également présentées afin de guider les administrateurs dans l’élaboration et la mise en oeuvre de plans de formation et d’accompagnement du personnel enseignant.
Résumé PDF


Atelier MA1-6
8 h 30 à 10 h 00

Avoir un enfant ayant un TDAH… et y survivre!

Julie PALIN
Conseillère pédagogique, consultante en éducation, conférencière, chroniqueuse et parent, Pro-Consultant (consultants en éducation)

On parle souvent des problèmes vécus par les jeunes ayant un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), mais peu des émotions et difficultés vécues par leurs parents. Qui est le mieux placé pour faire une différence dans la vie d’un enfant vivant avec une problématique comportementale? Sans doute le parent. Mais pour y arriver, il doit au quotidien appliquer les stratégies proposées par les chercheurs et les intervenants, appliquer un cadre disciplinaire ferme, mais aimant, tout en continuant de gérer les comportements difficiles qui persistent malgré tout. Voilà tout un défi! C’est donc à travers mon expérience de maman, mais aussi avec mes connaissances en tant que professionnelle que je témoigne de la possibilité de faire la différence dans la vie d’un enfant.


Atelier MA1-7
8h30 à 10h00

L’approche responsabilisante. De la petite enfance à l’âge adulte, intervenir auprès de l’enfant afin de développer progressivement leur sens des responsabilités

Nancy DOYON
Coach familial, conférencière, formatrice, chroniqueuse famille, auteure, École de coaching familial Nancy Doyon – SOS Nancy

L’approche responsabilisante a été développée à partir de différents écrits traitant du développement psychoaffectif et cognitif de l’enfant et permet à l’intervenant de mieux cibler le niveau de maturité affective de l’enfant pour ensuite adapter son intervention et permettre à l’enfant de progresser vers une plus grande maturité. L’approche vise, entre autres, à aider les intervenants et les parents qui gravitent autour des enfants vivant des problèmes de comportement à sortir des traditionnelles interventions punitives et du contrôle pour davantage se centrer sur l’entrainement de nouvelles habiletés chez l’enfant et le développement des contrôles internes de celui-ci. Les 10 étapes de responsabilisation sont un cheminement continu à travers lequel l’enfant progresse et développe peu à peu la capacité à exprimer adéquatement ses besoins, la tolérance à la frustration, le respect des règles et de l’autorité, la capacité de collaborer avec l’adulte et ses pairs, et le respect de soi. L’enfant développe ensuite l’autocontrôle, la capacité à faire des choix et les assumer, anticiper les résultats de ses actions et aiguiser son jugement pour ensuite développer des contrôles internes et un système de valeurs qui lui est propre afin de s’épanouir dans sa vie adulte.

(Violence)

Atelier MA2-1
10:30AM to 12PM

The Method of Shared Concern : How to Intervene in the Bullying Dynamic

Eva DE GOSZTONYI
Psychologist, Centre of Excellence for Behaviour Management

The Method of Shared Concern is a non-punitive, educative intervention, whose purpose is to help youth who display bullying behaviours develop a relationship with a caring adult who can guide them to interact differently with those they are hurting. Developed by Swedish psychologist, Anatol Pikas, and elaborated by Dr. Kenneth Rigby, this method aims at breaking up the bully group through individual talks with its members in a genuine two-way communication. Shared Concern is an intervention that is meant to be used in situations where bullying is suspected. Although the method involves a non-blaming approach, it does not in any way seek to excuse or condone bullying. It is in fact quite direct. It strongly invites and expects a responsible response. Shared Concern is compatible with Neufeld’s attachment-based developmental approach; it is easy to learn, and has been shown to be effective in helping schools to intervene before bullying escalates.

Résumé PDF


(Milieux spécialisés)

Atelier MA2-2
10h30 à 12h00

Des mesures d’apaisement physique pour favoriser l’autocontrôle des élèves présentant des troubles du comportement scolarisés dans une école spécialisée

Gaëlle DELISLE
Psychologue, Commission scolaire des Affluents Johanne DOYON Psychologue et coordonnatrice clinique, Commission scolaire des Affluents
Line MASSÉ
Professeure titulaire, Département de psychoéducation, Université du Québec à Trois-Rivières
Claudia VERRET
Professeure, Département des sciences de l’activité physique, Université du Québec du Montréal

Les élèves présentant des troubles de comportement extériorisés sont plus difficiles à intégrer en classe ordinaire en raison de leurs problèmes d’autocontrôle des comportements et des émotions. Même en contexte spécialisé, ces problèmes les rendent moins disponibles aux apprentissages et entrainent des problèmes de gestion de classe. Ils nuisent également à leur réintégration dans un milieu ordinaire. Afin de favoriser le développement de l’autocontrôle des élèves, deux écoles spécialisées pour les élèves présentant des troubles du comportement ou des troubles relevant de la psychopathologie ont mis en place une série de mesures d’apaisement physique. Le développement de ces mesures se base sur un savoir d’expérience des intervenants impliqués. Cet atelier présentera les différentes mesures d’apaisement physiques mises au point au fil des années et ce qu’en pensent les élèves. On s’interrogera également sur les appuis théoriques ou les données empiriques qui peuvent appuyer les bienfaits observés.


Résumé PDF


(Santé mentale)

Atelier MA2-3
10h30 à 12h00

Les troubles du comportement intériorisés et extériorisés : une perspective vulnérabilité-stress

Jonathan BLUTEAU
Professeur chercheur, Université du Québec à Montréal

Qu’ils se manifestent avec une prédominance à l’agression ou à l’inhibition, les troubles du comportement à l’école génèrent plusieurs difficultés d’adaptation. Selon les profils de comportements, les difficultés peuvent engendrer des conséquences importantes pour les pairs, pour la classe, pour la famille et pour le jeune lui-même. Le défi pour les intervenants scolaires est de bien distinguer le profil comportemental afin d’intervenir au mieux sur la problématique manifeste. Dans le cadre de cette communication, il sera présenté un modèle conceptuel de l’émergence des troubles du comportement à partir d’un arbre décisionnel. Ce modèle permettra aux intervenants de mieux distinguer les profils comportementaux selon une approche dimensionnelle et une perspective vulnérabilité-stress du comportement. À l’aide de ce modèle, l’intervenant sera mieux outillé afin d’appliquer des interventions différenciées selon les profils et prévenir au mieux l’aggravation des comportements et ainsi assurer une gestion de classe plus efficace.

Résumé PDF


(Petite enfance)

Atelier MA2-4
10h30 à 12h00

Transition du préscolaire à la maternelle : soutenir les parents dans la préparation scolaire de l’enfant

Claudia DUFOUR
Doctorante, Université de Sherbrooke
Marie-Josée LETARTE
Professeure agrégée, Département de psychoéducation, Université de Sherbrooke
Joanie GIROUX et Aurélie SAVARD
Étudiantes à la maitrise, Université de Sherbrooke

Le niveau de préparation scolaire (PS) lors de l’entrée à la maternelle retient de plus en plus l’attention par son rôle dans l’adaptation scolaire de l’enfant (Durlak et al., 2011). Si les compétences langagières sont liées à une meilleure performance académique, des difficultés au plan des compétences socioémotionnelles peuvent prédire des problèmes comportementaux ultérieurs ainsi qu’une moins bonne adaptation scolaire (Janus et Offord, 2007). Les différentes dimensions de la PS s’avèrent influencées tant par les caractéristiques de l’enfant que par le contexte environnemental telles les pratiques éducatives parentales et la collaboration famille-école (Vygotsky, 1978; Powell et al., 2010). Or, l’atelier vise à explorer : 1- l’interaction existant entre le développement de ces deux dimensions de la PS; 2- les éléments de la relation parent-enfant associés à une meilleure adaptation sociale et un développement langagier accru; et 3- la relation entre les caractéristiques de l’enfant et du parent et la qualité de la collaboration famille-école.

(Accompagnement)

Atelier MA2-5
10h30 à 12h00

Accompagner en s’accompagnant…!

Rock GIRARD
Psychologue, Service régional de soutien et d’expertise pour les élèves présentant des difficultés d’ordre comportemental, Région Québec-Chaudière Appalaches
Manon VEILLET
Service régional de soutien en adaptation scolaire comportement, santé mentale et psychopathologie, Région Mauricie/Centre-du-Québec.

Quiconque côtoie de près ou de loin le monde de l’éducation reconnait que l’acte d’accompagner dans la réalité scolaire et social d’aujourd’hui requiert plus que jamais une bonne dose de flexibilité mais aussi un effort considérable d’adaptation pour suivre le fil… resté connecté! Quels sont les repères à considérer chez soi et chez l’accompagné afin de conduire ce dernier vers un changement de pratiques? Quelles sont les actions que nous pouvons poser envers soi et envers l’accompagné afin de devenir des tuteurs de résilience permettant de faire la différence tantôt dans la vie des enfants présentant des difficultés de comportement et par la suite auprès du personnel scolaire qui œuvre quotidiennement auprès de ceux-ci? Cet atelier vous propose d’amorcer une réflexion sur les éléments à considérer afin d’être un accompagnateur porteur de résultats. C’est donc sous le signe de l’humour et de la rigueur dans un contexte interactif que nous vous convions.


Atelier MA2-6
10h30 à 12h00

La persévérance scolaire des élèves victimisés par leurs pairs en fin de secondaire : les principaux aspects du climat scolaire à travailler

Rosalie POULIN
Doctorante en psychopédagogie, Université Laval

Les élèves manifestant des difficultés de comportement se retrouvent souvent auteurs, mais aussi victimes de violence à l’école. Ainsi victimisés par leurs pairs, ils risquent de vivre diverses conséquences (anxiété, dépression, difficultés et désengagement scolaires, absentéisme et décrochage). En général, c’est surtout à la fin du secondaire que les jeunes décrocheurs prennent la décision d’abandonner l’école. La victimisation par les pairs, à cette période, touche entre 3 % et 18 % d’adolescents et peut être un facteur précipitant leur désir de décrocher. Les interventions ciblant l’amélioration de certaines composantes du climat scolaire pourraient améliorer la qualité de vie de ces adolescents, souvent négligés dans les programmes de prévention de la violence à l’école. Cette communication décrit d’abord comment ces élèves victimisés perçoivent leur climat scolaire et fait ensuite ressortir les aspects les plus importants à travailler pour susciter chez eux le goût de demeurer à l’école jusqu’à l’obtention d’un diplôme.

Résumé PDF


Atelier MA2-6 (suite)
10h30 à 12h00

Attitudes, émotions et réactions des étudiants à l’enseignement novices face à l’inclusion d’élèves présentant des difficultés de comportement

Valérie SCHÜRCH
Assistante diplômée, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Unité d’enseignement et de recherche Développement de l’enfant à l’adulte et UNIL, Institut de Psychologie
Pierre-André DOUDIN
Professeur, UNIL, Institut de Psychologie

L’inclusion d’élèves présentant des difficultés de comportement est un processus complexe qui susciterait de l’appréhension chez des futurs enseignants (Avramidis, Bayliss et Burden, 2000). En effet, leurs attitudes vis-à-vis de l’inclusion seraient plutôt positives (Avramidis et al., 2000) et se renforceraient durant la formation (Sosu, Mtika et Colucci-Gray, 2010), sauf dans le cas des difficultés de comportement (Gao et Mager, 2011). Des attitudes négatives impliqueraient davantage de mesures punitives et d’exclusion à l’égard de ces élèves (Elik, Wiener et Corkum, 2010). En outre, certaines émotions influenceraient le lien entre les attitudes et les réactions des étudiants face aux comportements perturbateurs (Elik et al., 2010). Cette recherche vise ainsi à analyser les attitudes, les émotions et les réactions des étudiants à l’enseignement novices face à une situation fictive de violence à l’école, notamment en comparant deux groupes d’étudiants plus ou moins avancés afin d’évaluer l’influence de la formation sur ces éléments.


Résumé PDF



Atelier MA2-7
10h30 à 12h00

Augmenter la faisabilité des interventions efficaces auprès des élèves ayant un TDAH : de l’accompagnement en présentiel au virtuel

Marie-France NADEAU
Professeure, Université de Sherbrooke

L’intégration scolaire d’un enfant ayant un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) se fonde sur le postulat que l’enseignant est en mesure d’appliquer des pratiques éducatives favorisant le fonctionnement scolaire de l’enfant, mais aussi qu’il est soutenu activement par les autres membres de l’école afin d’atteindre les objectifs ciblés pour aider l’enfant. L’évaluation d’un programme de consultation individuelle (PCI), implanté dans des classes ordinaires d’écoles du Québec, a montré que l’accompagnement de l’enseignant est une modalité favorable au transfert des pratiques efficaces, en les adaptant à leur réalité, celle de leur classe et celle de l’élève du primaire. Dans un premier temps, cette communication décrira les fondements et principes d’intervention que devrait suivre une personne accompagnatrice lorsqu’elle soutient un enseignant dans l’ajustement de ses pratiques aux besoins de l’élève. Dans un contexte scolaire où les ressources pouvant offrir un service d’aide indirect à l’élève s’amenuisent, les limites du PCI ainsi que des propositions de transpositions vers une modalité virtuelle d’accompagnement seront exposées.

Résumé PDF


Dîner-conférence
12h00

Penser autrement peut faire la différence !

Candide BEAUMONT
Psychologue
Claire BEAUMONT
Psychologue

Accompagner des jeunes en difficulté peut s’avérer difficile, surtout lorsqu’eux-mêmes ne semblent pas voir de problème, n’expriment pas de besoin d’aide ou paraissent fermés à toute intervention. Quand on a accompagné des enfants et des adolescents en difficulté, on se souvient d’histoires à succès ou moins heureuses, on se questionne parfois encore sur le rôle qu’on a ou qu’on aurait pu jouer pour influencer ces trajectoires de vie souvent tumultueuses. Plusieurs de ces jeunes, une fois adultes, peuvent reconnaître qu’un ou des intervenants ont fait une différence dans leur vie. Comment les atteindre ? Comment les aider ? Établir une relation efficace est le principal défi de l’intervenant pour stimuler l’engagement du jeune dans son évolution. L’orienter à partir de ses propres motivations plutôt que de celles de l’intervenant, travailler avec ses résistances plutôt que d’essayer de les affronter pourrait faire cette différence. À quel point et à quel prix pouvons-nous faire une différence dans la vie de ces jeunes qui mettent souvent notre persévérance à l’épreuve ? Cette activité-midi mettra en perspective l’approche motivationnelle qui consiste à susciter chez autrui la motivation à changer… particulièrement chez ceux-là mêmes pour qui faire la différence constitue tout un défi !


Résumé PDF



(Violence)

Atelier MA3-1
13h30 à 15h00

Intervenir sur le climat scolaire pour faire diminuer la violence indirecte dans les écoles

Julie BOISSONNEAULT
Doctorante en psychopédagogie, Université Laval

Cette communication aborde la violence indirecte, aussi appelée sociale ou relationnelle, comme toute forme d’agression se produisant autrement que face-à-face, soit par le biais d’un médium humain (ex. : ragots) ou technique (ex. : électronique). Au-delà de la méconnaissance de la nature même de cette violence, la majorité des intervenants ignorent ou sous-estiment les conséquences liées à ce type d’agression. Conséquemment, les jeunes rapportent l’inaction ou les interventions inadéquates des intervenants scolaires dans ce genre de situation et plusieurs ont tendance à ne plus leur rapporter. Les recherches confirment qu’être victime ou témoin d’agression indirecte peut influencer la perception du climat scolaire des élèves de manière négative. Une perception négative du climat scolaire, ou de certains aspects de celui-ci, amène souvent les jeunes à éviter l’école, se répercutant sur la réussite scolaire et la participation et l’attachement des élèves envers leur milieu. Le but de cette communication est de sensibiliser le milieu de l’éducation à la nature, aux conséquences et aux bonnes actions à poser face à ces relations interpersonnelles malsaines entre jeunes. Éveiller les intervenants à cette forme de comportement est un premier pas vers l’adoption d’interventions basées sur des données probantes, visant l’amélioration du climat scolaire et ainsi, la diminution de la violence indirecte à l’école.

(Milieux spécialisés)

Atelier MA3-2
13h30 à 15h00

Une innovation qui continue de porter fruit : découvrir les centres de formation en entreprise et récupération (CFER)

Nadia ROUSSEAU
Professeure titulaire, Université du Québec à Trois-Rivières
Jean-Philippe GAGNON
Agent de développement pédagogique, Réseau québécois des CFER

Les centres de formation en entreprise et récupération (CFER) offrent, depuis plus de 25 ans, une façon différente de faire vivre l’école à des jeunes de 15 à 18 ans aux prises avec de grandes difficultés, dont des problématiques comportementales pour bon nombre d’entre eux. Avec un taux de certification dépassant les 85%, le modèle CFER a fait ses preuves et demeure un programme novateur et porteur de réussite pour ces élèves. Lors de cet atelier, une table ronde permettra au participant de découvrir l’innovation CFER à travers plusieurs perspectives soit celles d’une chercheure, d’un agent de développement, d’une enseignante, d’un ancien élève et d’un administrateur scolaire. La table ronde sera suivie d’un temps d’échange avec les participants.



(Mental Health)

Atelier MA3-3
1:30PM to 3PM

Drawing on Principles, or Following Protocols? Examining Professionals’ Practice with Suicidal Adolescents

Patti RANAHAN
Assistant Professor, Department of Applied Human Sciences, Concordia University

Adolescent suicide is a highly relevant concern for those working with young people. Suicide is a leading cause of death and many youth communicate – behaviourally or verbally – their thoughts of dying by suicide prior to an attempt. Standardized suicide intervention training programs, efforts to enhance professionals’ mental health literacies, and the widespread implementation of protocols outlining procedural steps for responses to any suicidal communication or suicidal behaviour may offer professionals a sense of security in the midst of a complex and “wild” problem. In this oral presentation, Ranahan discusses her research investigations into youth-serving professionals’ practice with suicidal adolescents. Observational practices, standalone suicide intervention risk assessments, and referrals to formal mental health providers are critically examined. Workshop participants are invited to adopt a principled approach to suicide prevention practice that serves to ethically guide the messiness of encounters with suicidal young people.


(Petite enfance)

Atelier MA3-4
13h30 à 15h00

Comment mieux préparer les élèves à la transition entre les centres de la petite enfance et le milieu scolaire?

Normand ST-GEORGES
Professionnel de recherche et Agent de développement du secteur scolaire, Unité d’enseignement et de recherche en éducation TÉLUQ | Université du Québec et Boscoville2000
Ève BÉRUBÉ
Agente de développement, Boscoville2000

Le soutien au comportement positif (SCP) dans les CPE! Le Système du soutien au comportement positif (SCP) est implanté avec succès dans des milieux qui offrent des services à la petite enfance aux États-Unis. Il apparaît de plus en plus évident que certains élèves de maternelle et de première année présentent des difficultés comportementales grandissantes. Il semble donc être opportun de se questionner sur l’encadrement offert aux enfants en lien avec la préparation à l’intégration au milieu scolaire. Une revue de littérature nous a permis de constater que certains états américains ont fait une adaptation du système SCP qui s’adresse aux enfants de 2 à 6 ans. L’équipe du secteur d’intervention scolaire de Boscoville 2000, en collaboration avec la TÉLUQ, a traduit et adapté le système SCP – petite enfance pour une application au Québec. Les composantes du système et des résultats d’application dans un CPE seront partagés lors de cette conférence.



(Accompagnement)

Atelier MA3-5
13h30 à 15h00

Facteurs favorisant le maintien en emploi des intervenants en unité interne d’un centre jeunesse

Marie-Hélène POULIN
Professeure en psychoéducation, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
François VILLENEUVE
Professeur en sciences de la gestion, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Actuellement, les centres jeunesse du Québec sont confrontés aux défis, non seulement d’attirer un personnel qualifié, mais aussi, plus préoccupant encore, de le maintenir en poste. Un projet permettant de dresser un portrait des facteurs individuels et organisationnels pouvant être associés au maintien en emploi a donc été suggéré par l’UQAT. Ainsi, des variables sociodémographiques, individuelles (ex. : traits de personnalité, style éducatif, formation, etc.) et organisationnelles (ex. : soutien du chef, latitude au travail, etc.), ont été corrélées à la satisfaction au travail et au sentiment d’accomplissement professionnel de 47 intervenants d’un centre jeunesse. Des groupes de discussion ont ensuite été animés avec les équipes et avec les chefs d’unité afin de mieux comprendre la signification des résultats quantitatifs obtenus et de recueillir des données complémentaires. Les résultats permettent d’identifier des actions à prendre en lien avec des facteurs susceptibles de favoriser le maintien en emploi d’éducateurs d’unités internes.


(Petite enfance)

Atelier MA3-6
13h30 à 15h00

Classe de maitres

Camil SANFAÇON
Consultant en éducation

À l’école, les problèmes de discipline et les troubles de comportement sont des défis permanents pour le personnel. La structure organisationnelle fait en sorte que les enseignants et les éducateurs se retrouvent souvent seuls et sans support. Rares sont les moments d’échanges sur les démarches d’intervention. Je vous propose donc de venir participer à un atelier d’entraide où nous échangerons des stratégies et des pratiques effectives. La classe de maitres, sera un espace de travail partagé. Pendant trois heures nous travaillerons les uns à côté des autres avec des gens créatifs et déterminés. À partir de situations réelles, vécues à l’école, chacun des participants sera invité à offrir ses compétences pour aider à trouver des solutions originales aux problèmes qui seront exposés par des collègues et l’animateur. La technique émergence de la diversité nous servira de guide. Si vous considérez les obstacles comme des occasions d’apprendre et les difficultés sources d’inspiration, alors, venez à la classe de maitres, réfléchir, échanger, douter et oser la coopération.



Atelier MA3-7
13h30 à 15h00

Innover pour mieux aider

Nicolas FRÉCHETTE
Agent de développement, Boscoville 2000
Sarah FERRER
Agent de développement, Boscoville 2000

Depuis le rapport Gendreau-Tardif (1999) sur l’état de la réadaptation au Québec, la question de l’amélioration des compétences des intervenants en observation, évaluation et intervention revient constamment au centre des préoccupations. Dans cette foulée, Boscoville a reçu le mandat de développer des pratiques innovantes destinées aux jeunes en difficulté. La pratique innovante telle que proposée par Boscoville et expérimentée en centres jeunesse permet-elle aux intervenants d’augmenter leur « pouvoir d’aider les jeunes » et leur famille? Les objectifs de cette présentation seront de : 1) présenter l’évaluation fonctionnelle et l’intervention basée sur le plan de soutien comportemental, 2) de définir en quoi cette pratique est innovante et 3) de démontrer les impacts de cette pratique sur le sentiment de compétence des éducateurs en centres jeunesse dans leurs interventions auprès des jeunes en difficulté et de leur famille.


(Violence)

Atelier MA4-1
15h30 à 17h00

Légitimation des actes d’intimidation chez les adolescents

Caroline LEVASSEUR
Chargée de cours, Université de Montréal
François BOWEN
Professeur titulaire, Université de Montréal

Cette présentation fera état de résultats de recherches récentes sur la perception des adolescents concernant la légitimité des rapports d’intimidation entre pairs. L’analyse comparée des perceptions des élèves du secondaire a été réalisée en fonction de trois profils comportementaux d’élèves : 1- prenant la défense de pairs intimidés, 2- demeurant passifs devant des actes d’intimidation, 3- intimidant ou encourageant l’intimidateur. Ces recherches abordent les raisons évoquées par des adolescents pour justifier et leurs conduites d’intimidation sous l’angle du raisonnement moral et du développement des conduites agressives dans les groupes de pairs. La présentation fera également ressortir des éléments de réflexions menant à des pistes d’intervention pour venir renforcer les efforts de prévention actuels. Ces pistes d’interventions pourront contribuer notamment à l’intervention auprès des jeunes désensibilisés face aux dynamiques d’intimidation à l’école, des adolescents souvent difficiles à rejoindre par des conférences et programmes s’adressant à l’ensemble de la population scolaire.



Résumé PDF



(Milieux spécialisés)

Atelier MA4-2
15h30 à 17h00

Intervenir sans réduire les exigences pour favoriser la réintégration en classe ordinaire

Mélanie PARÉ
Professeure adjointe, Département de psychopédagogie et d’andragogie, Université de Montréal
Myriam GIROUARD-GAGNÉ
Étudiante à la maitrise, Département de psychopédagogie et d’andragogie, Université de Montréal

L’inclusion et la qualification des élèves québécois éprouvant des difficultés de comportement peuvent être compromises par des retards qu’ils accumulent en cours de scolarité. Nos travaux de recherche menés auprès d’enseignants du primaire indiquent que l’usage fréquent de la différenciation pédagogique pourrait prévenir l’accumulation de retards. On trouve également une certaine confusion dans le milieu scolaire au sujet des pratiques d’adaptation et de modification du programme et des évaluations. Par la littérature scientifique sur la problématique des élèves en difficulté de comportement, on constate toute l’importance de ne pas mettre de côté les cibles de réussite sur le plan des apprentissages et du développement des compétences prévues au programme de formation. Cette présentation permettra aux enseignants et aux éducateurs d’identifier des risques potentiels dans les pratiques courantes d’intervention en classe et hors classe. Les précautions pour éviter les retards scolaires seront discutées avec les participants.


(Santé mentale)

Atelier MA4-3
15h30 à 17h00

Un enfant présentant des troubles de l’attachement de l’enfance à la vie adulte : un défi au quotidien

Danielle MARCHAND
Directrice-coordonnatrice des activités-intervenantes, Parents d’Enfants présentant des Troubles de l’Attachement, Ligue d’Entraide et de Soutien (Pétales Québec)

Depuis John Bowlby, Mary Ainsworth et Mary Main, nos connaissances en regard de l’attachement et des troubles de l’attachement ne cessent d’évoluer. La psychoneurologie apporte un éclairage encore plus précis sur les impacts du lien d’attachement. Ces impacts auront une influence importante sur tout le parcours de l’enfant. Pourtant, le lien d’attachement et les troubles de l’attachement demeurent encore inconnus dans bien des milieux. Cet atelier a comme objectif de vous présenter le quotidien des parents biologiques, adoptifs ou d’accueil qui, au quotidien, accompagnent ces enfants, adolescents ou jeunes adultes présentant des troubles d’attachement. Nous nous référerons aux théories de l’attachement et aux connaissances actuelles sur les troubles de l’attachement et les diagnostics associés. Au cours de cette présentation, seront abordés : les grandes lignes théoriques, les profils les troubles et diagnostics, les impacts sur l’entourage et les pistes d’intervention.



(Early Childhood)

Workshop MA4-4
3:30PM to 5PM

Preventing Behavioral Disorder by Promoting Social, Emotional, and Academic Competence: the Parenting and Teacher Classroom Management Programs of The Incredible Years® Series.

Marie-Josée LETARTE
Professeure, département de psychoéducation, Université de Sherbrooke
Marie-France NADEAU
Professeure, département d’enseignement au préscolaire et au primaire, Université de Sherbrooke

A meta-analysis (Menting et al., 2013) shows that parents involved in Incredible Years (Webster-Stratton, 1998) adopt more positive and less negative parenting practices compared to parents receiving regular community services. Similarly, the effectiveness of the Incredible Years teachers classroom management (TCM) program has been demonstrated in several studies, including the limited use negative discipline and highest positive classroom climate (Hutchings et al., 2013). Interventions targeting both parents and teachers bring more benefits for the children (Webster-Stratton & Reid, 2010). The objective of the presentation consists in describing three of The Incredible Years Series (Webster-Stratton, 2012) programs which were or will be applied in Québec: Preschool and School age basic parenting and TCM program. To do so, the presentation will relate to 1) the theoretical assumptions of the model of change (Chen, 2005); 2) contents, methods and principles of intervention implemented; and 3) issues and challenges associated with the implementation.

(Accompagnement)

Atelier MA4-5
15h30 à 17h00

Quand chercheurs et personnel scolaire d’un centre d’éducation des adultes s’engagent dans une démarche de coconstruction dans un contexte de formation continue

Manon DOUCET
Professeure-Chercheure, Université du Québec à Chicoutimi
Danielle MALTAIS et Dominic BIZOT
Professeurs-Chercheurs, Université du Québec à Chicoutimi
Annie DE CHAMPLAIN
Candidate à la maitrise en éducation et assistante de recherche
Patricia BOUCHARD
Directrice, Centre FGA Saguenay

Dans une étude sur les trajectoires professionnelles des enseignants dans un centre d’éducation aux adultes du Saguenay (Doucet, Bizot et Maltais, 2013), la formation continue du personnel scolaire a été retenue comme étant un moyen privilégié de développement professionnel dans la mise en oeuvre d’espaces communs et de temps d’échange. Ainsi, se ressourcer, tisser des liens et partager son vécu constituent des finalités fondamentales en vue de former une équipe-Centre apte à répondre plus efficacement aux besoins des élèves. Cette communication présentera les modalités d’implantation d’une démarche de coconstruction, où chercheurs et praticiens ont travaillé ensemble à la planification et à l’organisation de six journées thématiques de formation. Elle exposera les principes et le processus d’un modèle d’accompagnement fondé sur une approche intégrée des différents services où la collaboration et le respect des compétences de chacun constituent les pivots de l’harmonisation de leurs actions.

Résumé PPT



Atelier MR1-1
8h30 à 10h00

Gérer la classe, c’est plus que gérer les comportements : Comment atteindre l’équilibre pour favoriser l’apprentissage?

Anne LESSARD
Professeure titulaire, Université de Sherbrooke
Chantal POULIN
Doctorante, Université de Sherbrooke
Marie-Eve ROSS
École de La Montée, Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke

Le suivi CLASS est un programme de formation continue implanté depuis 2012 à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke auprès d’une vingtaine d’enseignants du secondaire annuellement. Le suivi consiste à participer à une entrevue d’entrée, à quatre boucles de captations vidéoscopiques en classe, (analyse inter-juges UdeS), rétroaction à l’école et entrevue de sortie. Des questionnaires sont administrés aux enseignants pour mesurer leur sentiment d’efficacité personnelle (pré/post) et aux élèves, pour mesurer l’engagement et le risque de décrochage scolaire. Les données de rendement sont aussi recueillies. La présentation portera sur l’outil d’analyse, le Classroom Assessment Scoring System (CLASS) et sur les effets de l’accompagnement apporté dans le suivi CLASS à la fois sur les pratiques pédagogiques des enseignants et sur l’évolution des élèves dans les classes du secondaire. Des clips vidéo serviront à illustrer ce qui se passe quand il y a équilibre, ou déséquilibre, dans l’utilisation du soutien émotionnel, de l’organisation et du soutien pédagogique.

Atelier MR1-2
8h30 à 10h00

Faire la différence auprès des jeunes présentant un TDAH

Line MASSÉ
Professeure titulaire, Département de psychoéducation, Université du Québec à Trois-Rivières
Claudia VERRET
Professeure agrégée, Département des sciences de l’activité physique, Université du Québec à Montréal

Le trouble de déficit d’attention/hyperactivité (TDAH) s’accompagne de nombreux déficits sur le plan des fonctions exécutives, notamment en ce qui concerne l’inhibition, la régulation des émotions, la mémoire de travail, l’activation, l’effort et l’organisation. Dans le cadre de cette conférence, les principaux déficits cognitifs liés au TDAH seront décrits, et pour chacun, des pistes d’intervention seront proposées afin de favoriser la réussite scolaire et l’adaptation sociale des jeunes qui en sont atteints. L’accent sera mis sur les moyens pour compenser les déficits et sur des actions simples qui peuvent faire une grande différence pour le vécu des jeunes au quotidien.

Résumé PDF



Workshop MR1-3
8:30AM to 10AM

Functional Behavior Assessment : Is there a space for narrative?

Amina M. TURTON
Professor, Department of Special Education, Vancouver Island University

The first part of this presentation will focus on demonstrating the effectiveness of the Function-Based Intervention Decision Model (Umbreit et al., 2007) in improving the behaviors of adolescent students identified as having Emotional Behavioral Disorders (EBD) who have been placed in an alternative school. The design and results of research conducted at a self-contained public school named CREST, for students with Emotional & behavioral Disabilities (EBD) will be presented. Examination of the data indicated the efficacy of using the Function-Based Decision Model (Umbreit et al, 2007) with the participants. Decreases in both frequency and intensity, of disruptive behaviors were noted and substantial increase in on-task levels also resulted. The second part of the presentation will convey the perspectives of students placed in alternative schools (for behavioral challenges) to the broader education audience and members of the special education community. This part of the session discusses themes revealed from interview and observational data of adolescents students placed into an alternative school program for emotional and behavioral disorders. The themes reveal considerable gaps in perception of the identification and referral to placement process as experienced by the students. Reflections of possible remedies, limitations, and future research will be shared.

Atelier MR2-1
10h30 à 12h00

Portrait et enjeux associés aux trajectoires personnelles et familiales des jeunes en difficulté de comportement : un levier important pour vraiment faire une différence

Nadia DESBIENS
Professeure titulaire, Université de Montréal

Les problèmes de comportement sont des signes extérieurs bien visibles des difficultés psychologiques et sociales vécus par les enfants et les adolescents qui les manifestent. Bien qu’elle soit beaucoup moins perceptible, on ne peut cependant ignorer toute la souffrance qui les accompagne. Cette conférence sera l’occasion de mieux comprendre comment le contexte de vie des enfants influence leur vie affective, leur manière de voir le monde et de l’appréhender, leur relation avec les autres et leurs comportements. À partir des connaissances issues de nos travaux de recherche sur les trajectoires personnelle et familiale de jeunes ayant des troubles de comportement, nous soulèverons les enjeux adaptatifs qui en découlent. La prise en compte des dynamiques liées aux différentes trajectoires de vie des enfants et des adolescents constitue un levier important pour déployer une intervention sensible et cohérente avec leurs besoins spécifiques afin de vraiment pouvoir faire une différence dans leur vie.

Résumé PDF



Atelier MR2-2
10h30 à 12h00

Portraits de pratiques enseignantes qui font la différence

Nancy GAUDREAU
Professeure agrégée, Université Laval

La recherche a permis d’identifier plusieurs pratiques probantes d’intervention permettant de prévenir et de gérer les problèmes de comportement en classe. Force est de constater que certains enseignants réussissent mieux que d’autres à les mettre en oeuvre. Qu’est-ce qui caractérise ces enseignants? Comment sont-ils perçus par leurs élèves? Sont-ils toujours conscients de l’influence de leurs pratiques sur la motivation et l’engagement scolaire de leurs élèves ? Comment des gestes simples posés au quotidien permettent de prévenir les écarts de conduite en classe? À l’aide de portraits de pratiques enseignantes qui font la différence dans le vécu scolaire des jeunes, cette communication vise à présenter les ingrédients essentiels d’une gestion de classe susceptible de prévenir l’émergence des problèmes de comportement des élèves.

Workshop MR2-3
10:30AM to 12PM

Instruction and Management to Prevent the Use of Restraint and Seclusion

Terrance M SCOTT
Professor and Associate Dean for Research, University of Louisville

This session focuses on teacher practices including environmental arrangement, effective instruction, and effective responding to behaviour as a means of maintaining student success and decreasing the need for restraint and seclusion. Video examples will be used to demonstrate best practices. In this session, attendees will understand that teachers control the strategies that affect the probabilities for student behavior and they will be exposed to a variety of strategies to be used in the classroom during instruction.



Congrès 2016