Actes du colloque


bandeau_publicitaire2012

 

4e Congrès Biennal du CQJDC – 2012

Résumés des communications et présentations Power point autorisées par les auteurs

Journée pré-congrès

Observatoire canadien pour la prévention de la violence à l’école

Violence à l’école : des pratiques prometteuses pour prendre soin des jeunes


Mercredi 2 mai 2012
Conférence d’ouverture précongrès
9h00 – 9h20

Rétrospective médiatique sur la violence et l’intimidation et l’intimidation à l’école
Claire Beaumont, codirectrice de l’Observatoire canadien pour la prévention de la violence à l’école (OCPVE).

ppt


Conférence plénière
9h20 – 10h50

Ce que tout adulte devrait savoir pour accompagner les jeunes sur le WEB
Marie-Eve Tremblay, Conseillère en prévention, Unité prévention Service de police de la ville de Québec, Sarah-Émilie Labonté, psychoéducatrice et conseillère pédagogique à la Commission scolaire de la Capitale, Michel Cusin, consultant en sécurité informatique.

Parce qu’elles sont plus accessibles et à plus faibles coûts, plus simples d’utilisation mais de plus en plus performantes, les nouvelles technologies fa- cilitent dorénavant l’accomplissement de certains crimes et les nouveaux moyens de communication permettent de les commettre à distance. La mé- connaissance des dangers associés à une mauvaise utilisation et la naïveté de plusieurs utilisateurs de ces nouvelles technologies les rendent vulnérables et augmentent les opportunités criminelles. Cette conférence sur trois volets expose d’abord les problématiques auxquelles les jeunes d’aujourd’hui font face. Intimidation, menaces, harcèlement : ces gestes sont reproduits partout où la technologie est accessible. Une policière-conseillère en prévention vous fera prendre conscience des risques encourus par les jeunes lorsqu’ils naviguent sur Internet et des conséquences légales reliées à certains gestes. Ensuite, une psychoéducatrice-conseillère péda- gogique précisera les moyens vous permettant de reconnaitre les signes de victimisation mais aussi, d’aider les jeunes à s’affirmer, à exprimer ce qu’ils vivent sur le Net. Enfin, un consultant en sécurité informatique facilitera votre compréhension de ces nouvelles technologies en vous donnant des trucs techniques sur la sécurité informatique à l’aide de cas réels, en utilisant les sites et réseaux sociaux les plus prisés par les jeunes.

icono-pdf
Tremblay et Labonté

 

icono-pdf

Cusin

 

Consultez le blog de M. Michel Cusin- informations reliées à la sécurité informatique.


Conférence plénière
11h10 – 12h00

Travailler la cohésion du groupe pour prévenir la violence et l’intimidation entre pairs
Dr. Maria Jesús Comellas Carbó, professeure à l’Université Autonome de Barcelone et directrice de l’Observatoire de la violence à l’école (Espagne).

En contexte scolaire, les élèves doivent cohabiter avec des groupes de pairs, trouver leur propre espace et celui qu’ils partagent avec le groupe. Les membres d’un groupe se forgent habituellement une opinion personnelle sur la place qu’eux-mêmes et les autres y occupent et sur le rôle que chacun y joue. C’est pourquoi les élèves ayant une perception incorrecte de leur situation dans leur groupe de pairs seront moins réceptifs aux réponses du groupe et leurs attitudes rendront leurs relations plus difficiles.

Ce point revêt une importance particulière dans les situations de vulnérabilité relationnelle (bouc- émissaire, rejeté, victime), lorsque l’acceptation d’un élève dans un groupe est faible ou nulle, ou quand sa présence y est peu valorisée, provoquant une incidence sur la dynamique des relations au sein de ce même groupe. C’est pourquoi l’action éducative doit promouvoir de façon progressive la compréhension des règles, l’acquisition de compétences et le développement de stratégies qui garantissent que chaque personne du groupe possède un espace dans lequel il construit positivement ses relations.

Le groupe classe, en tant que groupe spécifique, pré- sente une grande complexité qu’il importe de bien connaître pour favoriser le développement social de tous. En principe, les groupes classe sont constitués par l’institution scolaire selon le critère de base de l’âge, et non en fonction d’une possible affinité entre les élèves. En plus de l’organisation formelle dans la réalisation de tâches, le groupe est organisé de manière spontanée; les sympathies et les antipathies émergent avec une certaine rapidité, fruit de préférences, d’expériences et d’empathie parmi ses membres. La dynamique du groupe se configure au fil des activités quotidiennes, supervisées par l’adulte. Les expériences vécues par les élèves dans les relations groupales auront donc une influence déterminante sur leur développement individuel et social, que ce soit d’une manière positive ou négative. Pour cette raison, l’action de l’enseignant joue un rôle plus déterminant à travers son style de relations, ses rôles et responsabilités différenciés qu’à travers des processus cognitifs, car il doit créer un espace d’appartenance où les élèves peuvent établir des relations et promouvoir à la fois la cohésion de ce même groupe. Par l’intervention, il importe de favoriser, de manière dynamique, la connaissance mutuelle de toutes les personnes du groupe, afin de favoriser les opportunités d’interaction, l’apprentissage de compétences relationnelles et pour éviter que la cohésion groupale ne se renforce par des attitudes d’exclusion, afin finalement d’apaiser l’antipathie entre les membres du groupe.

ppt


Ateliers de formation

Mercredi 2 mai 2012
Atelier de formation 1

13h30 – 16h30

Comment une équipe-école engagée peut faire échec à l’intimidation
Camil Sanfaçon, consultant en éducation, membre fondateur du CQJDC.

La violence rend malade des dizaines d’élèves dans nos écoles. Elle se manifeste par des paroles blessantes, des injures, de l’extorsion, du rejet, des fausses rumeurs, des menaces, de l’intimidation. Tous les moyens sont bons: agression directe et indirecte, internet, réseaux sociaux, cellulaires, Ce phénomène fait partie du quotidien et se vit dans l’ombre. Le milieu scolaire n’en mesure pas toujours l’ampleur, c’est pourquoi il est si difficile d’y remédier. Pendant cet atelier échange, nous aborderons différents moyens d’accompagner les équipes-écoles dans des actions pour prévenir et gérer les incidents violents. Les thèmes étudiés : l’ampleur de l’intimidation dans son milieu, les stratégies d’interventions, le support aux victimes, l’intervention auprès des intimidateurs, le rôle de l’école, des enseignants et des parents. C’est une invitation à tout le personnel des écoles.


Atelier de formation 2

13h30 – 16h30

Prévenir la violence par une gestion efficace des comportements difficiles en classe
Nancy Gaudreau, Ph.D., professeure en adaptation scolaire, Université du Québec à Trois-Rivières

Dès leur entrée à l’école, certains élèves sont plus à risque de développer des difficultés comporte- mentales en classe. L’environnement scolaire et les pratiques d’intervention du personnel scolaire jouent alors un rôle important. Comment faire en sorte que le milieu scolaire puisse bien jouer son rôle éducatif auprès des élèves présentant des difficultés de comportement ? Comment soutenir les enseignants afin que la classe soit un lieu où la diversité est bien accueillie et où les pratiques d’intervention permettent aux élèves de développer leurs compétences sociales? Cet atelier vise à outiller les participants afin qu’ils soient en mesure de reconnaître la présence de certains éléments de la gestion de classe qui contribuent à prévenir le développement de comportements difficiles en classe.

icono-pdf


Atelier de formation 3

13h30 – 16h130

L’intimidation à l’école: comprendre, prévenir et intervenir
Alexandre Beaulieu, Ph.D., Professeur-chercheur au Département des sciences du développement humain et social, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Au-delà des envolées médiatiques qui touchent l’imaginaire collectif, l’intimidation marque les élèves, les familles, les écoles, la société. À partir de deux études de cas, cet atelier vise à échanger afin de mieux comprendre les enjeux du phénomène de l’intimidation au primaire et au secondaire. Il fera ressortir les modalités des programmes évalués comme donnant des résultats en matière de prévention du phénomène.

Également, il tentera d’amener le participant à réfléchir à la responsabilité partagée quant aux aspects reliés à la prévention et à l’intervention. De façon plus spécifique, il vise à échanger et à répondre à certaines questions : qu’est-ce que l’intimidation? En quoi ce phénomène est-il si complexe? Qui sont nos élèves à risque? Qui sont les intervenants potentiels? Comment la famille, l’école et la société peuvent-elles aider à prévenir l’intimidation? Qu’est-ce qui fonctionne en matière de prévention scolaire selon les dernières études scientifiques? Lorsque le problème éclate, quel processus d’intervention avons-nous prévu? Suite à la crise, ce processus est-il adapté ou demande-t-il des réajustements? Sans garantie, quelle est l’importance de ce fameux lien relationnel?

 

vers le haut